01 60 79 54 00

Post-confinement : des aides stratégiques pour l’embauche d’alternants

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé des mesures pour soutenir l’apprentissage parmi lesquelles une aide de 5 000 à 8 000 euros en faveur des entreprises qui embauchent des apprentis entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. 

Profitez du renforcement de l'aide à l'embauche pour recruter vos futurs apprentis avec le CFA-EVE.

Que vous apporte cette subvention :

Une aide à l'embauche de 8 000€ pour les majeurs (entre 18 et 30 ans), accessible à toutes les entreprises et pour les formations jusqu'au Bac +3.

Déposez gratuitement vos offres sur notre plateforme de mise en relation FOCALIZ et accéder à la CVthèque des candidats retenus sur nos formations.

N'hésitez pas à contacter notre service commercial pour demander une simulation financière.

 

Une réunion officielle pour la préservation de l’emploi et l’embauche d’apprentis.

Dans le but de préserver l’emploi et de soutenir les plus fragiles comme les jeunes alternants à la recherche de contrats d’apprentissage en entreprise, une réunion s’est tenue entre le Président de la République, le gouvernement, les partenaires sociaux (organisations patronales et syndicats de salariés) ainsi que la ministre du Travail, Muriel Pénicaud et le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire le 4 juin 2020.

Le gouvernement veut cimenter la croissance historique de l’apprentissage.

Malgré les difficultés rattachées à la crise sanitaire de Covid-19, un plan de relance de l'apprentissage a été élaboré pour encourager les sociétés à continuer de recruter et de former les jeunes alternants. Le but du gouvernement est de « consolider la croissance historique de l'apprentissage » de 2019/2020 avec près de 500 000 apprentis, soit une augmentation de 16%.

 

Quid du plan d’aides pour les alternants en apprentissage.  

 

Un plan d’aides massif a été annoncé et mis en place par le ministère du Travail suite à un rassemblement du gouvernement et des hauts concernés du secteur de l’emploi le 4 juin 2020 pour ce qui est des jeunes alternants en quête d’apprentissage professionnel.

 

Aux dires de l’entourage de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le montant prévu pour apporter de l’aide aux jeunes en apprentissage avoisinerait le milliard d’euros. D’autre part, des mesures ont été également présentées pour soutenir et encourager les entreprises à embaucher, mais aussi pour aider les jeunes étudiants à trouver un emploi.   

 

Première mesure : une aide financière pour l'embauche d'apprentis.

 

La première mesure se révèle être la plus importante, car elle va supporter financièrement les entreprises en leur apportant une aide exceptionnelle dans l’embauche de jeunes alternants en demande d’apprentissage. 

 

Cette aide au recrutement sera utilisée pour des embauches entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Les jeunes apprentis concernés seront ceux détenant une formation d'apprentissage liée à des diplômes tels que le CAP jusqu’à la licence professionnelle (bac + 3). Le montant de ces primes seront versé comme suit :

 

5 000 € par contrat pour un jeune de moins de 18 ans (alternants mineurs)

8 000 € par contrat pour un apprenti entre 18 et 30 ans (alternants majeurs)

Les entreprises qui pourront bénéficier de cette aide financière sont celles qui ont moins de 250 salariés, et cela, sans condition. 

Par contre, les entreprises de plus de 250 salariés ne pourront accéder à cette aide que si elles respectent l’obligation légale de disposer de 5 % d’alternants sur l’ensemble de leurs effectifs. 

Quel est l’intérêt de cette mesure ? 

Cette mesure a été instaurée pour que l’entreprise n’ait pas à engager de frais pour les apprentis âgés de 20 ans (salaire et charges sociales). Au-delà de cette limite d’âge, entre 21 et 25 ans, les frais mensuels s’élèveront à 175 euros. Par ailleurs, l’entourage du ministère du Travail est confiant dans le fait que cette aide financière pour soutenir les apprentissages en entreprise consolidera le nombre d’alternants actifs au même niveau historique que l’année précédente (2019). 

 

Deuxième mesure : une aide sous forme de délai (6 mois) pour trouver un contrat d’embauche.

 

La seconde mesure est une aide destinée aux jeunes alternant à la recherche d’un emploi dans les entreprises liées à leurs formations. Celle-ci a d’ailleurs été adoptée durant le confinement.

Aussi, au vu de la situation actuelle, les jeunes n’ayant pas pu trouver et donc signer de contrat d’apprentissage durant leur entrée en formation pourront rester dans les centres de formation un peu plus longtemps, soit 3 mois en plus.

Rappelons que selon la loi « Avenir professionnel », un stagiaire ne peut rester que 3 mois dans son centre de formation d’apprentis. Cette mesure permet désormais aux jeunes alternants d’y rester jusqu’à 6 mois en plus d'être accompagnés dans leur recherche d’employeur. 

À cette aide et cet accompagnement pour décrocher un contrat d’apprentissage pourrait s’ajouter un plan de relance qui devrait être présentée en fin juin. Elle prévoit une « mobilisation territoriale » qui permettra de venir en aide aux jeunes alternants souhaitant trouver un contrat en entreprise et une formation. 

 

Troisième mesure : une aide en équipement informatique pour les CFA.

 

Le ministère du Travail a pu noter que durant la période de confinement, « neuf apprentis sur dix ont pu continuer leur formation à distance », c’est pourquoi le gouvernement a communiqué vouloir soutenir l’équipement d’appareils informatique et numérique dans tous les centres de formation d’apprentis (CFA), qui est une alternative idéale pour garantir les formations à distance. Aussi, une aide aux équipements de base comme un ordinateur portable par stagiaire sera désormais possible.

Cette mesure devrait rejoindre la relance de l’apprentissage incluant une « mobilisation territoriale ». Ce qui permettrait également à chaque jeune de suivre une formation et un apprentissage en entreprise s’il le souhaite. 

Tous les acteurs dans les localités (départements, pôle emploi, régions...) seront d’ailleurs mobilisés pour veiller à ce que chaque jeune puisse bénéficier de ces aides pour leur futur apprentissage en entreprise. 

Une génération d’apprentis soutenus par le ministère du Travail

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail a insisté sur le point suivant : « On a aidé les entreprises, on leur demande d'aider la nation, en aidant les jeunes. Ce sont les compétences de demain ».

Ces aides ont été formulées et appliquées pour aider dans le même temps les entreprises dans l’embauche d’apprentis et pour que les jeunes puissent disposer d’une formation professionnelle et d’un apprentissage en entreprise. 

Selon les mesures prises en faveur des jeunes, les apprentis inscrits au centre de formation en septembre de l'année prochaine auront jusqu’au 28 février 2021 pour trouver une entreprise pour effectuer leur contrat d’apprentissage. 


Recherchez votre formation

Inscrivez-vous et téléchargez vos dossiers de candidature en
ligne

RECHERCHER